Main Page Sitemap

Loterie de l'hérédité en présence d'une mutation





14.Gould, Darwin et les grandes Enigmes de la vie, Le Seuil, 1984.
Ci-dessous, un autre schéma expliquant comment sont crées les cellules reproductrices de l'Homme.Une mutation meuble tv laque blanc sur roulettes germinale peut être transmise à sa descendance., comme par exemple la méthylation.A la métaphase I, les paires de chromosomes salignent à léquateur de la cellule.Au final, les cellules-filles sont identiques génétiquement à la cellule-mère (si il n'y a pas eu de mutations lors de la multiplication cellulaire).Comment expliquer la très grande diversité observable chez les humains?On obtient encore 46 chromosomes doubles.Le polymorphisme de caste (reine et ouvrières) chez les insectes sociaux ; le polymorphisme saisonnier (changement de pelage) chez certains mammifères arctiques.Mais déjà du temps de Lamarck cette théorie fut critiquée car les zoologistes considéraient avec méfiance une théorie mécaniste de l'évolution.Si c'était effectivement le cas, Darwin aurait répondu que si l'organe est efficace, la théorie de l'évolution est juste!Qu'en est-il alors du principe d'usage ou de non-usage?
Certains polymorphismes sont «synonymes cest-à-dire quils ne changent pas la séquence dacides aminés de la protéine ; ce sont souvent les polymorphismes les plus nombreux.
Ces haplotypes se regroupent selon un arbre non-enraciné (figure du bas) formé de branches reliant les haplotypes entre eux et portant 10 mutations (ronds noirs) correspondant aux 10 sites polymorphes.Si la cellule doit encore se multiplier (flèche jaune du schéma ci-dessous elle va encore doubler sa quantité d'ADN en créant une chromatide surnuméraire pour chacun de ses 46 chromosomes.Toutes ces situations ne sont donc pas aléatoires.Sur l'arbre généalogique, l'enfant est de groupe sanguin O: il possède donc les allèles O/O (un O provenant du père et un O provenant de la mère) et les allèles Rh/Rh (un Rh provenant du père et un Rh provenant de la mère).En ordonnée on mesure la quantité d'ADN et en abscisse le temps.La mère porte les allèles Rh/Rh- et O/B: elle est donc Rhésus positif et de groupe sanguin.1984 (rédition par lauteur de ses principaux résultats).Aussi nommé épitope ou déterminant antigénique.En génétique des populations, ensemble de gènes homologues (classe dhomologie).Chaque génération se reproduit en subissant une petite mutation qu'elle transmet à sa descendance.Lespérance du nombre de mutations entre deux gènes pris au hasard est égale à 2T, où est le taux de mutation par unité de temps (générations) et T lespérance de t dans la population.Elles se prêtent à la modélisation mathématique de lévolution.


Sitemap